Home  Blog  Photos 
nico fait du velo


Nord Laos 2011



5th march 2011 : on the road again ! !

Après 5 bonnes semaines de repos à Chiang Mai, nous avons repris les
vélos et la route en direction du nord de la Thailande et du Laos.  Il
fait très chaud et dès les premiers jours nous affrontons des cotes qui
nous obligent a pousser les vélos mais le moral est au top et ça passe
comme une lettre à la poste.

2 jours d’arrêt à Chiang Rai où nous logeons chez des gens très sympas
et où l’on se sent comme en famille, puis en une journée on fonce sur
le Mekong.  120km entre les montagnes avec de la pluie et une route en
chantier mais ça y’est nous sommes à Chiang Khong, fin de notre périple
thailandais. Le Laos est là, en face de nous, de l’autre côté du
Mekong.  Demain une nouvelle aventure commence…


Comme toujours en Asie du Sud Est, le passage de la frontière entre la Thailande et le Laos n’est qu’une formalité.  Un petit bateau pour se retrouver de l’autre côté, un sourire au douanier et nos passeports s’enrichissent d’un nouveau tampon.  Nos visas pour le Vietnam commençant le 20 mars on opte pour une journée de bateau pour descendre le Mekong jusque Pakbeng.  C’est agréable et l’on gagne du temps.
Et le lendemain, c’est parti mon kiki.  Le Laos du nord est un bonheur à pédaler car il n’y a presque pas de circulation et les paysages de montagnes y sont magnifiques.  Sur cette route qui nous amène vers Oudomxhai, nous savourons chaque instant, chaque moment qui s’offre à nous : les Sabaidee (hellos) des enfants et des adultes, les colonnes d’enfants à vélos ou a pied qui se rendent à l’école, les villages de bois et de bambous, les familles sur les charettes tirées par un motoculteur,…  Un seul bémol à ce tableau enchanteur :  la déforestation massive des montagnes qui sont littéralement pelées et brulées pour permettre la culture mais aussi et surtout pour fournir du bois aux géants économiques voisins que sont la Chine et le Vietnam.  En effet, ces pays se livrent à un véritable pillage des ressources naturelles du Laos.  Et quand il n’y a plus assez de bois « légal », on va le chercher dans les zones protégées et on lui fait passer la frontière avec la complicité des douaniers (trop content de pouvoir se remplir les poches).  Le Laos est en train de vivre un vrai désastre écologique et hypothèque du même coup son propre développement économique.  


En route vers Oudomxhai

Oudomxhai est une ville sans grand intérêt, qui vit du transit des camions de marchandises chinois.  Nous y sommes restés « bloqués » 3 jours par un déluge d’eau ininterrompu.  Le 4ème jour, résignés, nous sommes partis pour Luang Prabang (la capitale culturelle du Nord)… en bus.
Luang Prabang, tu as surement déjà entendu parlé.  Cette ancienne ville française est classée Patrimoine mondiale pour son quartier composé de grandes maisons de style coloniale.  C’est beau mais c’est très touristique. 



Luang Prabang
Par contre, si tu vas dans ce coin là, il ne faut pas rater les cascades de Kuang Si, à 30km de la ville.  C’est superbe, l’eau est bleu turquoise, fraiche mais parfaite pour se baigner et jouer à Tarzan.

Cascade de Kuang Si

Après Luang Prabang, fini de rigoler.  Dès le 1er jour, plus de 30km de montées en plein soleil puis encore 3 jours de montagnes très difficiles pour arriver à Phonsavan.  Ce fut des étapes éprouvantes (perso j’adore ça mais faut pas le dire) mais l’effort est récompensé par des paysages magnifiques, des routes rien que pour nous et la rencontre d’un couple de cyclos en vélos couchés ainsi que d’un motard photographe et philosophe avec qui nous avons eu beaucoup de plaisir à discuter.


Nous sommes arrivés à Phonsavan de nuit après une dernière grosse journée de 129km de montagnes et avec un début de mauvais temps.  Nous avons bien fait de forcer ce jour là car dès le lendemain, un vent glacial et des averses ont pris possession de la région pour 5 jours.  Malgré ce mauvais temps nous avons passés 1 jour à visiter « la plaine de Jarres » : répartis sur plusieurs sites, des centaines et des centaines de jarres en pierre dont personne ne connait l’origine ni la fonction exacte.  Certaines d’un demi-mètre de circonférence mais d’autres de plus de 2m.  On arrive à peine à imaginer le travail que cela a dû représenter de creuser ces jarres dans la roche.  Mais surtout, pourquoi faire ?


Plain of Jars... ca caille un max !

L’autre particularité de Phonsavan, c’est d’être une des régions du Laos qui fut la plus bombardée par les américains pendant la guerre du Vietnam (en secret et en toute illégalité puisque le Laos était alors un pays neutre).  Résultat :  il reste encore aujourd’hui des dizaines de milliers de mines anti-personnelles dans les champs, près des routes, près des écoles,…qui continuent à tuer et faire des estropiés.  Des ONG comme le MAG œuvre aujourd’hui à déminer les terrains mais c’est un vrai travail de fourmis qui prendra encore des dizaines et des dizaines d’années avant d’avoir tout déminer.  Paradoxallement, cette situation à 1 point positif (si l’on peut dire) :  les terrains minés sont inexploitables et cette région est peut-être la plus boisée que nous ayons vu dans le nord du Laos.

Après 5 jours et malgré le mauvais temps, nous reprenons la route en direction du Vietnam.  En début d’après midi et au pied d’une côte de 20km, nous sommes rattrapés par la pluie.  On demande l’autorisation de nous abriter sous un toit et on finit par y passer toute l’après midi.  Tous les enfants du village nous ont rejoins et Lou organise un atelier dessin qui remporte un vrai succès.  Même les ados se prennent au jeu de faire un dessin pour les étrangers.  Le soir, nous demandons pour dormir à l’extrérieure de la maison et nous sommes invités à souper et dormir à l’intérieure avec la famille.  Pouvait-on réver mieux pour notre dernière nuit au Laos?  Le lendemain, après une dernière grosse journée de montagne et de vent glacial, nous arrivons à la frontière du Vietnam.  Un dernier regard nostalgique vers ce pays que nous venons de traverser puis en avant, Vietnam nous voilà.

Suivis

    Pas de suivis

Commentaires

Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

    Pas de commentaires


Ajouter un commentaire


Enclosing asterisks marks text as bold (*word*), underscore are made via _word_.
Standard emoticons like :-) and ;-) are converted to images.

To prevent automated Bots from commentspamming, please enter the string you see in the image below in the appropriate input box. Your comment will only be submitted if the strings match. Please ensure that your browser supports and accepts cookies, or your comment cannot be verified correctly.
CAPTCHA

 
 

Powered by Serendipity 0.8.5.